AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 12:30 [JunSeob]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shout out to



Invité
Invité

MessageSujet: 12:30 [JunSeob]   Lun 2 Nov - 20:22



« La plus grande révélation est dans le silence »
12:30


Le silence régnait dans la maison depuis quelques heures, papa avait été se coucher tôt ce soir car il avait trop mal aux articulations. Il passait une grande partie de son temps courbé pour s’occuper de son potager ou de ses animaux, en plus des nombreuses années passées à rechercher des trésors dans des conditions parfois difficiles. Son corps devait bien avoir souffert. Cela me rendait triste de le voir ainsi mais je savais que l’on ne pouvait rien contre le poids des années et du travail. Il ne se plaignait pas comme il avait fait un métier qu’il avait toujours aimé. Mes paupières deviennent lourdes, trop de course aujourd’hui pour revendre cet affreux collier trouvé dans les montagnes. Je me demande encore comment on avait pu en tirer un aussi bon prix. Sang Hun a un don pour négocier, j’en étais admiratif. Je n’avais jamais réussi à marchander car mes intentions se lisaient sur mon visage. Je soupire avant de commencer doucement à m’allonger sur la table, posant ma tête sur mes bras. Je sais bien que je devrais aller me coucher mais ma nuit sera aussi pourrie que toutes les autres. Je ne comprends pas comment mon sommeil a pu se dégrader de cette façon. Je dormais bien quand j’étais enfant, même un peu trop bien alors que maintenant mon sommeil était léger et je bougeais beaucoup. Je ne vois pas pourquoi je suis aussi agité la nuit même quand mon corps me hurle de ne plus bouger un seul orteil tellement il souffre après nos escapades. Je ne dors pas trop mal lorsque nous sommes en mission pendant plusieurs jours. Comme je ne dors pas, je pense beaucoup et surtout je suis à la recherche de l’origine de ce problème. La seule réponse que j’ai pu trouver pour le moment est liée à la présence de mon frère. Quand nous étions enfant, Sang Hun me permettait de dormir dans son lit avec lui. Je ne sais pas s’il ne faisait pas par pitié mais il est vrai que les premiers jours je refusai de me laisser approcher par notre père et que la nuit je restai accroupi dans un coin de la chambre en pleurant en serrant mon ours. J’avais peur que l’on m’arrache une nouvelle fois à mon lit pour aller m’abandonner. Je trouvais uniquement du réconfort auprès de Sang Hun. Il était venu à mon secours et étrangement je lui faisais confiance. J’avais fini par dormir dans son lit uniquement et le mien restait froid. Cela dura des années jusqu’à ce que notre père décide que j’étais trop grand pour continuer à faire ça. La première nuit passée dans mon lit avait été terrifiante. J’avais toujours la sensation que l’on allait venir m’arracher à ma famille. Je ne dormais pas… et depuis c’était resté.

Je crois que je vais devoir me résoudre à rejoindre notre chambre pour essayer de grappiller un peu de repos avant la journée de demain. Je me lève tout en lui annonçant « Je vais me coucher. Bonne nuit Hyung ! » Je me traine vers la chambre comme si je partais pour l’abattoir. Une fois, seul dans la pièce, je laisse échapper un soupir de désespoir et de dépit. Je ne veux pas dormir dans ce lit froid mais je ne peux pas me comporter comme un enfant. Je vais avoir 24 ans cette année ! Je me change avant de me glisser dans les draps et remonte le tout assez haut en espérant que ce geste me donnera l’impression d’être un peu en sécurité. Je ferme les yeux… je ne sais pas combien de temps s’écoule avant que Sang Hun vienne se coucher mais entre temps j’ai eu l’occasion d’être la victime d’un cauchemar. Je me redresse dans mon lit, en sueur, la respiration saccadée et le cœur cognant fort dans ma poitrine. Je tente de retrouver mes esprits en prenant de grandes inspirations. Mon manège ne doit pas réveiller mon frère alors je me recouche tout en sachant que je ne fermerai plus l’œil de la nuit.

Mon esprit est encore sous l’effet de ce cauchemar épouvantable. J’ai besoin que l’on me rassure et il y a une seule personne capable de le faire. Tournant la tête vers son lit, je le regarde allongé. Est-ce qu’il dort ? Je me mords la lèvre inférieure car je ne dois pas continuellement venir chercher du réconfort auprès de lui. Je suis un homme maintenant… enfin pour le moment je doute fortement d’en être un. Je tremble comme une feuille et mon cœur bat comme un fou dans ma cage thoracique. Je me tourne pour me mettre sur le côté. « Hyung ! » Je l’appelle doucement parce que je ne veux pas réveiller notre père et Sang Hun s’il dort… oui je me contredis et ALORS ! « Hyung, est-ce que tu dors ? » Mon cœur continue de battre fort, je sens tous mes muscles tremblés. J’ai besoin de lui parler mais est-ce que cette occasion me sera offerte ?


O'DAIM
Revenir en haut Aller en bas
shout out to



Invité
Invité

MessageSujet: Re: 12:30 [JunSeob]   Mar 3 Nov - 20:36



« il faut faire de la vie un rêve
et faire d'un rêve une réalité. »
12:30


+++ Regardant mon reflet dans le miroir de la salle de bains, je me perds dans ce que je vois, peu envieux de sortir de ce cocon de chaleur et de solitude. Affronter la bouille adorable de Hoseok me rend quelques fois lunatique avec moi-même, mais en y repensant, je vis plutôt bien cette situation. Je ne cesse de penser cependant que mon état est uniquement de ma faute. Même si je ne peux contrôler les battements de mon cœur, je n'aurai jamais du me rendre compte que mes regards sur sa personne sont aujourd'hui différents. Tenant les extrémités de ma serviette, passée derrière mon cou, je me mets à observer mon torse marqué par les cicatrices. Elles sont légères, certaines récentes, et finiront par disparaître, mais au fond de moi, elles resteront. J'ai déjà failli mourir une fois, et cette blessure-là, bien que refermée, est à jamais inoubliable. Je racle ma gorge pour reprendre constance, je dois bien sortir à un moment ou à un autre de la pièce de toutes façons. Je m'habille et ouvre la porte, prenant le chemin vers la chambre. J'y dépose et range quelques bricoles, parce que Hoseok et moi partageons la même chambre depuis des années et, parfois, si nous laissons un peu de trucs par-ci par-là, on se fait vite submerger par une montagne de bordel. Je redescends ensuite à l'étage, afin de passer rapidement dans la cuisine.

Je surprends mon cadet allongé sur la table, mais je me contente de secouer la tête, désespéré par son attitude. Un sourire amusé prend tout de même place sur mon visage, alors que je fouille dans les placards, à la recherche de quelque chose à grignoter. J'ai bien envie de le taquiner mais je vois à son expression qu'il est soucieux. Je le laisse donc à ses réflexions et me sers un verre d'eau. Finalement, je n'ai pas faim, ni même soif d'ailleurs, mais si je repars aussi vite que je suis venu, ce serait bizarre. Même moi, je me poserai des questions. Alors le bas de mon dos appuyé contre l'évier, je le regarde sans qu'il ne remarque quoi que ce soit. Aujourd'hui, c'était plutôt calme, si on retire le gosse de riche qui a chipoté pour l'une de nos trouvailles. Il la voulait à un prix bien misérable comparé à ce que nous avons du traverser pour l'avoir. De plus, avec un bon nettoyage, il sera aussi brillant qu'un diamant. Je ne laisse jamais Hoseok négocier ce genre de choses, il est bien trop honnête pour être capable de mentir. Tout se lit sur son visage, et nous avons perdu un gros prix à cause de ça. Il n'a pas vraiment d'arguments non plus, alors on a décidé qu'il n'aurait plus JAMAIS ce rôle. Je bois mon verre d'une traite pour éviter de me mettre à rigoler tout seul. C'est un boulet ce gosse, mais il est tellement mignon qu'on ne peut pas lui en vouloir.

« Je vais me coucher. Bonne nuit Hyung ! » Je me contente de hocher la tête et de faire un signe de la main. Il semble vraiment ailleurs, j'aimerai bien savoir ce qui le tracasse autant ce soir. J'attends quelques minutes, l'entendant traîner des pieds pour rejoindre la chambre, puis pousse un long soupir, quand je suis sûr d'être seul, et m'étire comme un chat. Je passe devant le couloir des escaliers en y jetant un œil et vais prendre mes chaussures montantes à lacets, ainsi qu'une veste chaude pour les enfiler. Au lieu d'utiliser la porte, comme les gens normaux, j'ouvre discrètement la fenêtre de la cuisine et rejoins le sol du jardin avant de la refermer sans bruits. Je passe voir si le poulailler est bien fermé, puis me dirige vers les rues de la ville. Je respire l'air frais, cela me fait du bien, j'ai l'impression de me sentir en expédition, de prendre un bol d'oxygène. Je préfère être dehors qu'à l'intérieur à ne rien faire. Certes, je devrais aller me coucher, parce qu'il est tard, mais je n'ai aucune envie d'y aller maintenant. Mes pieds me mènent donc dans le centre de la ville silencieux, et je pose mes fesses sur un banc afin de regarder le ciel et ses étoiles.

Je ne sais pas combien de temps je reste dans le froid, mais lorsque je commence à ne plus sentir mes doigts, je décide de rentrer. J'entre par la sortie empruntée une ou deux heures plus tôt et, sans allumer les lumières, me faufile jusqu'à la chambre. Je me glisse dans mon lit une fois changé, et passe un bras sous ma tête, regardant pensivement le plafond. Mes yeux se posent quelques minutes sur la silhouette endormie de Hoseok avant que je ne lui tourne le dos afin de ne pas trop y penser. Je ferme les yeux, et ne tarde pas à m'endormir. J'ai le sommeil généralement lourd après une demi heure, mais avant cela, je peux entendre le moindre bruit qui sort de l'ordinaire. Là, je capte la respiration du lit voisin qui s'accélère. Je ne bouge pas, attends un peu, voir si ça va se calmer, tout en gardant les yeux fermés. « Hyung ! » Je lève les yeux au ciel quand je l'entends chuchoter alors qu'il faisait un boucan du diable juste avant. « Hyung, est-ce que tu dors ? » Je pousse un léger soupir, et me tourne dans mon lit pour lui faire face. À l'horizontal, nous nous observons quelques secondes avant que je ne me décide à lui répondre. « Qu'est-ce qu'il y a ? » Je suis fatigué, un peu à l'ouest parce que je dormais, et ma voix est molle, même si je chuchote. Je défais un peu les draps de mon corps, laissant mon torse nu découvert, parce que j'ai chaud. Je suis comme la plupart des hommes qui servent de chauffage en cas de nécessité, même si je n'ai encore jamais eu l'occasion de faire profiter de cette fonctionnalité à quelqu'un.

O'DAIM
Revenir en haut Aller en bas
shout out to



Invité
Invité

MessageSujet: Re: 12:30 [JunSeob]   Mer 4 Nov - 21:51



« La plus grande révélation est dans le silence »
12:30


+ + + Ouvrant les yeux brusquement, je sens les battements de mon cœur devenir complètement fous. Je suis un peu perdu entre mon cauchemar et la réalité. Est-ce que je dors encore ou pas ? Mon esprit est encore embrumé par le sommeil. Ma respiration est haletante comme si je venais de courir un marathon. Je pose mes mains sur ma poitrine en essayant de ralentir la folie de mon cœur. Je prends de grandes inspirations pour me calmer mais c’est un peu compliqué. Ne pas réveiller Sang Hun ! Cela ne cesse de tourner dans ma tête. Je ne veux pas le déranger, il a besoin de sommeil. Je ramène mes jambes vers moi et les entoure de mes bras. Posant mon front contre mes genoux, je ferme les yeux pour trouver une image mentale qui pourrait me calmer. Je vois immédiatement un paysage blanc, prisonnier de la neige. Cela me renvoie à mon enfance. Ce n’est pas vraiment la sensation que j’aurais souhaité retrouver mais je ferais avec. Je me focalise dessus et imagine la sensation de la neige sous mes pieds nus, sur mes bras. Plusieurs minutes me sont nécessaires pour apaiser les battements affolés de mon cœur et ma respiration saccadée. Je ne me déferai pas tout de suite de cette peur transformée en sueur sur mon corps mais c’est toujours mieux que rien. Je défais l’étreinte de mes bras, je commençais à avoir mal à serrer ainsi mes genoux. Étirant mes jambes le plus possible pour soulager mes muscles raides, je regarde vers le lit de mon frère. Sang Hun semble bien dormir alors je me recouche en sachant que le sommeil ne reviendra pas avant plusieurs heures. Fixant le plafond en cherchant un moyen de fermer à nouveau les yeux, je ressens le besoin de lui parler mais cela m’embête car il dort. Je dois me faire violence et être un homme. Pleurnicher auprès de son grand frère, c’était bien quand j’étais petit… plus maintenant. Je ne cache pas pourtant que je meurs d’envie d’être près de lui. Mes yeux sont constamment attirés vers sa silhouette endormie. Qu’est-ce qu’il peut me manquer ?

Nous étions encore jeune quand un soir notre père nous avait demandé de venir le voir car il avait quelque chose à nous dire. Je me rappelle que cette excitation qui m’habitait quand il nous racontait ses histoires merveilleuses sur ses aventures. Je le prenais pour un héros sauvant le monde dans le plus grand secret. Je crois que parfois il enjolivait les choses car il ne voulait pas nous raconter la vérité. Ses raisons restaient encore plus obscures pour moi mais je pense que papa était seulement heureux de nous parler de ce qu’il faisait et de nous savoir si émerveillés par ses récits. Cette fois-ci malheureusement ce n’était pas pour nous narrer une de ses aventures mais pour nous expliquer que nous étions désormais assez grands pour avoir des lits séparés. On continuerait de dormir dans la même chambre car nous n’avions pas de place pour en avoir une chacun. Cette nouvelle m’avait profondément attristée et effrayée. Cela faisait des années que je partageais le même lit que Sang Hun et cela me faisait peur de ne plus l’avoir près de moi. J’ai la sensation que l’on me rejetait. Je ne pouvais pas expliquer pourquoi mais sa présence avait toujours quelque chose de rassurant, peu importe ce qui se passait il était là.

Cette séparation avait été difficile à accepter surtout pour moi qui avais toujours cru que personne ne voulait de moi à cause de mes chers parents. Leur odieux projet d’abandon m’avait profondément marqué. Je me tournais vers Sang Hun endormi dans son lit. Je l’appelle doucement pour ne pas le réveiller. « Hyung ! » Je me mords l’intérieur de la joue car je devrais apprendre à ne pas toujours compter sur lui mais c’est compliqué. Notre relation est un peu trop fusionnelle pour que j’accepte de me séparer de lui. Est-ce que Sang Hun dort ? J’aurais dû me poser la question avant de l’appeler, non ?! Je suis incorrigible. « Hyung, est-ce que tu dors ? » Je pensais que mon cauchemar était loin derrière moi mais en étant allongé ainsi, tourné vers mon frère, je sens mes muscles tremblés. Mon cœur bat plus rapidement que tout à l’heure. Je suis surpris mais surtout inquiet par ma réaction. Ce cauchemar m’a marqué profondément sans que je m’en rende compte… oui c’est bien de chercher des raisons censées…

Se tournant vers moi, je vois à son expression que je l’ai réveillé. Oups ! Je me mords la lèvre en espérant qu’il ne va pas m’envoyer bouler car j’ai plutôt envie de discuter avec lui. « Qu’est-ce qu’il y a ? » Est-ce que je dois lui dire la vérité ? Il va penser quoi si jamais je lui révèle que je viens de faire un cauchemar et que j’ai besoin d’être rassuré. Je fronce les sourcils pendant que mon cerveau décide de ma réponse. Pendant ce temps-là, il défait un peu les draps et me laisse voir son torse. Je souris car là-dessus je suis bien mieux foutu que lui… bon après il faut aimer les abdos durs comme du béton et très dessinés. J’aime bien son côté maigrichon légèrement musclé. Je sors de mon lit sans trop savoir pourquoi je réagis ainsi et me glisse dans le sien. Nous sommes drôlement proches tout d’un coup. Être près de lui ne me dérange pas ! Il est mon frère ! Je le regarde et en faisant une moue boudeuse « J’ai fais un cauchemar. Je peux dormir avec toi ? » Il aurait fallu que je pose la question avant de m’installer, non ? Je crois que l’on fait ainsi normalement !  


O'DAIM
Revenir en haut Aller en bas
shout out to



Invité
Invité

MessageSujet: Re: 12:30 [JunSeob]   Ven 6 Nov - 12:22



« il faut faire de la vie un rêve,
et faire d'un rêve une réalité. »
12:30


+++ Être assis sur ce banc, dans le silence reposant de la ville, le froid mangeant mes vêtements, essayant d'atteindre ma peau, je me sens vivant. Comme ce jour, où je me suis réveillé dans le froid, sans savoir qui j'étais. Je ne le sais toujours pas, vivant dans la peau d'un personnage fictif. J'ai perdu mon identité et me suis contenté d'en créer une nouvelle sans me préoccuper du reste. Je vis une existence qui n'aurait pas du être la mienne. Avais-je des parents ? Devais-je être vendu ou l'étais-je déjà ? Ce sont des questions qui tournent sans arrêt dans ma tête. Parfois j'aimerai savoir d'où je viens, si j'étais hasty, wise ou sly, mais lorsque j'y pense, je me dis que ça n'en vaut pas beaucoup la peine. Si je me suis retrouvé allongé, inerte dans cette forêt, c'est que le destin en a décidé ainsi. Je ne le remercierai jamais assez de m'avoir fait connaître ce père adoptif qui m'a donné un toit, et un petit frère adorable, bien que tête de mule et trop souvent inconscient. Je prends une grande inspiration et cache mon nez dans mon écharpe.

Hoseok. Un frère, mais pas seulement. Personne ne sait quels sont mes réels sentiments pour lui. Je ne souffre pas de cette situation, je me contente de ce que me donne le quotidien. À savoir ; sa présence, son odeur, une chambre commune, et un métier identique. Nous formons un sacré duo, et je ne me vois absolument pas continuer à vivre sans l'avoir à mes côtés. Je ne me suis même jamais imaginé plus de choses avec lui. On peut presque dire que c'est un amour pur, si on enlève le fait qu'il est considéré comme mon frère. Je gère plutôt bien cette situation, et je ne lui souhaite que le bonheur, de ce fait, rien ne m'atteint vraiment. Je ne suis même pas jaloux de ses amourettes, conquêtes, ou je ne sais trop comment il les appelle. C'est ainsi, je n'ai pas le droit d'exiger un autre lien avec lui.

En vérité, je ne sais pas depuis combien de temps c'est ainsi. Je crois que l'habitude m'a forcé à ne pas désirer le prendre dans mes bras, ou même l'embrasser. Y penser ne me rend pas heureux non plus. Je préfère éviter les pensées qui pourraient me blesser, parce que je ne veux pas commencer à être distant avec lui. J'ai lu suffisamment de livre dans ma vie pour savoir que dans les relations amoureuses rien ne dure éternellement. J'ai donc choisi de garder un frère plutôt que de le perdre et vivre une histoire compliquée. Le premier à s'en être rendu compte, bien avant moi, c'est notre père. Plus vieux, plus d'expériences au compteur, il m'en a parlé calmement, sans pour autant me juger ou me jeter dehors. J'étais jeune, je ne savais même pas ce que ses paroles signifiaient, mais lorsque je m'en suis vraiment rendu compte, tout a pris un sens à mes yeux. J'ai d'abord eu peur, j'étais même devenu parano à l'idée que Hoseok puisse le voir lui aussi. Finalement, j'ai simplement vécu comme Dieu l'avait écrit, et tout me convient très bien.

En tournant la tête sur ma droite, j'aperçois un chat qui marche lentement sur les pavés de la ville. Il est comme moi, attendant que l'on décide de son sort, se laissant vivre, luttant pour rester en vie malgré les épreuves. Je ne laisserai pas le destin me faire mourir, je me combattrai contre jusqu'à l'épuisement, mais il sera difficile pour la faucheuse de prendre mon âme. Je m'en voudrai de laisser Hoseok tout seul, de le rendre triste et de ne pas le voir se construire une vie, avoir une famille et tout ce qui va avec. Je ferme les yeux, poussant un soupir, qui laisse une fumée blanche s'envoler dans l'air, puis je me lève et prends le chemin vers la maison.

Rapidement, je suis dans mon lit, à écouter la respiration de mon frère qui semble chaotique. Fait-il un cauchemar ? Si c'est le cas, je sais qu'il ne tardera pas à m'appeler. Je suis entre deux eaux : l'éveil et le sommeil lorsque sa voix chuchotée me parvient. Je mets un peu de temps à lui répondre, plongé dans un état comateux. Mon cerveau revient lentement sur la Terre ferme, et il m'appelle une deuxième fois. Je me retourne alors dans mon lit, ne lui demandant d'un ton endormi ce qu'il se passe. En attendant sa réponse, je me découvre des draps sur mon corps. Généralement, lorsque je m'endors, la chaleur de mon corps augmente toujours considérablement, et inconsciemment, je retire les couvertures de sur moi. Il met un peu de temps à répondre, je le sens hésiter, mais je ne comprends pas bien pourquoi. On n'est pas du genre à avoir du mal à communiquer d'habitude, pourquoi autant de mystères ? Avant même qu'il me donne une réponse, il se lève de son lit et se glisse dans le mien. Je ne suis pas vraiment surpris, mais mon rythme cardiaque accélère considérablement. Je tente de paraître neutre, mais cet abruti n'en fait qu'à sa tête. Foutu cœur. « J’ai fais un cauchemar. Je peux dormir avec toi ? » Je ferme les yeux juste un instant, parce qu'ils commencent à me piquer à cause de la fatigue puis le regarde. « Il faudrait le demander avant que tu ne le fasses. Je n'ai plus le choix maintenant. » Je pousse un faux soupir agacé, puis souris avant de lui tirer la joue. « Bébé va. » Toujours sur mon côté droit, vers lui, je me recule un peu pour lui laisser de la place et remonte ensuite les draps sur nous. Je passe un bras sur son corps et cache mon nez dans son cou. Là, c'est parfait pour dormir.

O'DAIM
Revenir en haut Aller en bas
shout out to



Invité
Invité

MessageSujet: Re: 12:30 [JunSeob]   Ven 6 Nov - 21:48



« La plus grande révélation est dans le silence »
12:30


+ + + Comment un être humain pouvait-il vous devenir indispensable ? Nous nous sommes rencontrés, une nuit alors que je venais de me faire abandonner par mes propres parents. Je pensais que ma vie allait prendre fin dans quelques jours car j’étais petit, faible et pleurnichard. Je ne possédais pas la même volonté de survivre que maintenant. Je ne saurais pas comment décrire notre rencontre car je me souviens uniquement de sa silhouette et de son visage. Comment avait-il réussi à me faire sortir de ma cachette ? Pourquoi l’avais-je suivi ? Cela restait plutôt flou dans mon esprit. Je me rappelle seulement que cet inconnu était un ange gardien venu me chercher pour me sauver. Cette image collait toujours à mon frère. Sang Hun avait toujours été là pour moi, peu importe les épreuves. Combien de fois avait-il sauvé mes fesses lors de nos aventures ? Je ne compte plus depuis longtemps. Notre relation a toujours été plutôt particulière parce que personne ne pouvait arriver à la cheville de mon frère. Je ne suis pas amoureux de lui ! Non ! C’est mon frère ! C’est uniquement que c’est le seul capable de me rassurer, de me comprendre. C’est aussi le seul qui pouvait le taquiner sans que je sois vexé par ses remarques. Notre relation est fusionnelle. Nous sommes inséparables.

Ces derniers temps, notre papa me demande comment je ferai lorsque j’aurais ma propre famille. Il faudra bien que je me sépare de mon frère mais je n’en ai pas envie. Cette question ne cesse de tourner dans un coin de ma tête maintenant. Je comprends que papa désire uniquement que nous prenions conscience que nous ne pourrons pas toujours compter l’un sur l’autre. Ses motivations sont nobles mais cette perspective d’avenir ne me plait pas.

Ce cauchemar est encore revenu hanter mes nuits, parasiter mon sommeil. Je ne peux plus continuer ainsi car je risque de causer des ennuis à Sang Hun pendant nos expéditions. Me retournant dans mon lit pour regarder mon frère dormir, je sens mon cœur se serrer. Je sais bien que nous ne serons jamais ensemble pour toujours. Nos vies prendront invariablement des chemins différents, chacun fondant sa famille et menant son existence de son côté. Je dois grandir et cesser de toujours me reposer sur lui. Je ne suis plus un bébé mais ce soir j’ai besoin de mon grand frère. L’appelant doucement, je me demande si Sang Hun dort vraiment ou pas. Quand il finit par se retourner vers moi, je suis soulagé de pouvoir parler avec lui. Repoussant les drapas car il a trop chaud, je sens mon cœur loupé quelques battements mais sans comprendre ce comportement. C’est bien la première fois que cela m’arrive. Est-ce que mon cauchemar me trouble encore ?

La voix de Sang Hun est lourde de sommeil, je comprends que mon frère commençait à sombrer dans un profond sommeil. Ne voulant pas cette fois me comporter comme un adulte, je sors de mon lit pour me glisser dans celui de mon frangin. Me retrouver si près de lui n’est pas nouveau. Nous dormons souvent proche l’un de l’autre quand nous sommes en expédition mais jamais dans le même lit. Cela fait des années que nous n’avons pas été ainsi. Cette proximité me trouble légèrement. Je ne veux pas le déranger mais en même temps, je ne veux pas qu’il me demande de retourner dans mon lit. « J’ai fais un cauchemar. Je peux dormir avec toi ? » Sa réponse me donne envie de sourire et de lui donner une petite tape sur l’épaule pour me taquiner ainsi. Je sais que Sang Hun devrait plutôt m’interdire l’accès de son lit sino je serai capable de dormir avec lui toutes les nuits. Je suis bien près de lui ! Me tirant la joue en me traitant de bébé, je gonfle ses dernières pour faire comme si je boudais. Je lui tire la langue pour toute réponse. Non mais je ne suis pas un bébé ! C’est celui qui le dit qui l’est !

Me laissant de la place pour que je puisse m’installer, je bouge légèrement vers lui car j’aime bien avoir chaud la nuit. Sang Hun passe un bras sur moi et colle son visage dans mon cou. Cette position me fait fermer les yeux de plaisir. Je me sens tellement en sécurité près de lui. Je glisse délicatement mes pieds glacés entre les siens tout en penchant le visage vers le sien. Je suis si bien ainsi… Je dormirai bien mais en même temps j’ai envie de discuter. Je suis réveillé ! Même si je suis fatigué, j’ai peur que mon cauchemar revienne me hanter. Je bouge un peu car je voudrais dégager une main. Cette dernière caresse le bras de mon frère. « Hyung ! Tu dors ? » Sang Hun va me détester en parlant ainsi alors que l’on devrait dormir. Ma main remonte son bras doucement et passe sur sa joue. Mon cher grand frère. La seule personne qui m’est indispensable dans cette vie…



O'DAIM
Revenir en haut Aller en bas
shout out to



Invité
Invité

MessageSujet: Re: 12:30 [JunSeob]   Dim 8 Nov - 22:17



« il faut faire de la vie un rêve,
et faire d'un rêve une réalité. »
12:30


+++ Finalement, peut-être que notre père avait eu raison de nous séparer. Arrivés à un certain âge, deux hommes ne devraient plus dormir ensemble, même deux frères. Cela pouvait être mal vu ou mal interprété, et pour que nous puissions grandir correctement, il avait été judicieux pour nous, Hoseok et moi, de changer la disposition de la chambre afin que nous possédions deux lits. Un chacun. Évidemment, pas deux lits deux places, puisque nous n'en avons pas la place, mais nous n'avons pas à nous plaindre. Ils sont tout de même assez grands pour des adultes, et sans trop se serrer, comme dans un lit ordinaire, deux personnes peuvent se tenir sur le dos. Cela fait bien des années que nous ne nous sommes pas retrouvés aussi proches, dans un lit, dans une situation normale, qui n'exige pas que l'on se colle pour ne pas mourir de froid. Ce qui nous arrive bien plus souvent que ce que l'on penser, même si nous sommes plutôt bien équipés et conseillés par notre père. Ayant plus d'expériences, lorsque nous devons partir, il nous demande toujours de prendre certaines choses en plus, parce que « on ne sait jamais » dit-il souvent. En vérité, les outils ou le matériel qu'il nous disait de prendre avait toujours été utile, et combien de fois l'avons-nous remercié en silence pour sa prévoyance.

Me retrouver aux côtés de mon frangin, même s'il ne l'est pas de sang, me fait tout drôle, bien que j'agisse comme si tout était normal. Je ne sais même plus vers quel âge nous avons du faire lit à part, mais j'ai la désagréable impression que cela remonte à bien plus loin que ce que je pensais. Je me surprends à apprécier son odeur, pourtant simple et sans artifices, ainsi que sa faible chaleur près de moi. Mon bras passe au dessus de son corps après l'avoir gentiment insulté de bébé. J'ai envie qu'il se rapproche un peu plus de moi, mais il l'est déjà bien assez. Si je le serre, mon geste pourrait paraître étrange, et je me suis promis de rester discret sur mes désirs envers lui, et surtout de faire taire n'importe quel sentiment non fraternel. Il veut être dans mon lit, d'accord, mais je vais quand même en profiter un peu. Je niche mon nez dans son cou, pour m'endormir avec son parfum corporel dans le nez. Je caresse distraitement son bras, le papouillant, enfin prêt à trouver le sommeil pour de bon. Même si nous allons devoir faire attention au lendemain, que notre père ne nous surprenne pas. Il risquerait de nous disputer et nous faire la morale pendant des heures. Et faut me croire, c'est la chose que nous évitons le plus. Se retrouver accrocher aux bords d'une falaise sans cordes autour de la taille, c'est de la rigolade à côté.

Des légers frissons parcourent mes jambes lorsque ses pieds froids touchent les miens. Mon Dieu, il va me faire perdre tout mon cocon de chaleur s'il continue à me donner les glaçons qui mangent ses pieds. Je ne dis rien cependant, je sais bien que je me réchauffe plus vite que lui, et j'aurai pas de peine à lui donner de mon confort personnel très bientôt. Les draps au dessus de nous vont s'en charger pour moi. Mes yeux sont fermés, je veux dormir, je suis épuisé. Je dors bien moins que Hoseok depuis quelques temps, surtout lorsque nous sommes en mission. Je dors peut-être deux heures, pour ensuite faire le guet et surveiller les alentours. Je me trouve parfois paranoïaque, d'ouvrir les yeux et qu'il ne soit pas là. Mais je ne me demande pas depuis combien de semaines tout ce cirque dure. Je sais que mes sentiments pour lui se font de plus en plus forts chaque jour, et je ne suis pas capable de les arrêter. Pour tout stopper, il faut le vouloir. Ce qui n'est pas mon cas.

Il bouge un peu afin de libérer un de ses bras, sa main s'occupant de caresser le mien. Je ne peux plus glisser mes doigts sur sa peau, alors ma main se glisse sur sa taille, refermant innocemment ma prise sur lui. S'il a fait un cauchemar, alors il a besoin d'être rassuré, et je suis là pour ça, malgré l'âge que nous avons tous les deux. « Hyung ! Tu dors ? » Sa main remonte le long de mon bras, jusqu'à se poser sur ma joue, et mes paupières s'ouvrent doucement, afin de le regarder. Remarquant par la même occasion que son visage est tourné vers le mien. Mon cœur s'emballe, sans que mon expression faciale ne change pour autant. J'admire ses traits, sa bouille de bébé malgré ses vingt-trois ans. Je recule un peu ma tête de la sienne pour éviter de loucher dessus, ou de dévier vers ses lèvres. « Hoseok. On devrait dormir. » Je sais bien qu'il va être pipelette et qu'il va se mettre à parler, mais j'aimerai mieux qu'il ne le fasse pas. Mon état va ressembler à celui d'un mort-vivant au réveil, ça va être beau.

O'DAIM
Revenir en haut Aller en bas
shout out to



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: 12:30 [JunSeob]   

Revenir en haut Aller en bas
 

12:30 [JunSeob]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OUTLAST. :: La mongolie :: — dzag :: — La ville de Dzag :: — maison des nam-